[Légende amérindienne] La cérémonie du loup

Je voulais donner quelque chose de mon passé à mon petit-fils.

Ainsi je l’ai emmené dans la forêt, dans un lieu tranquille.

Assis à mes pieds, il m’écoutait lui dire la puissance qui était donnée à chaque créature.

Il ne bougeait pas un muscle pendant que j’expliquais comment la forêt nous avait toujours fourni: nourriture, abri, confort, et croyances.

Il était effrayé quand je lui racontais comment le loup était devenu notre protecteur, et quand je lui disais que je lui chanterais le chant sacré du loup, il était très excité.

Dans mon chant, j’implorais le loup de venir et de présider avec nous pendant que j’accomplirai la cérémonie du loup pour que le lien entre mon petit-fils et le loup soit éternel.

Je chantais.

Dans ma voix, l’espoir se répercutait dans chaque battement de coeur.

Je chantais.

Dans mes mots étaient les pouvoirs hérités de mes ancêtres.

Je chantais.

Dans le creux de ma main se trouvait une graine de sapin – le chaînon de la création.

Je chantais.

Dans mes yeux étincelait l’amour.

Je chantais.

Et le chant flottait sur les rayons du soleil, d’arbre en arbre.

Quand j’avais fini, c’était comme si le monde entier écoutait avec nous pour entendre la réponse du loup.

Nous avons attendu un long moment mais rien n’est venu.

Je chantais à nouveau, humblement mais avec autant de conviction que je pouvais, jusqu’à ce que ma gorge me fasse mal et à en perdre la voix.

Tout à coup, j’ai réalisé pourquoi aucun loup n’avait entendu mon chant sacré.

Il n’en restait plus ! Mon coeur se remplissait de larmes.

Je ne pouvais plus donner à mon petit-fils la confiance au passé, de notre passé.

Enfin, je pouvais lui murmurer: “C’est fini !”.

“Puis-je rentrer à la maison ?” demanda-t-il, regardant sa montre pour voir si il pouvait être encore à l’heure pour ne pas rater son émission TV favorite.

Je l’ai observé disparaître et je pleurais en silence.

Tout est fini !